Une technologie pour l’environnement : EnOcean !

EnOcean_Logo_4c_png

Après un début très théorique, je vais mettre en avant dans cet article une technologie que je trouve particulièrement intéressante : EnOcean.

EnOcean est à la base une entreprise fondée par Siemens AG en 2001, spécialisée dans les solutions de récupération d’énergie. Le but étant d’utiliser ce qui ce trouve autour de nous, afin d’alimenter des modules et ainsi transmettre en radio fréquence. Ces sources d’énergie disponibles dans l’environnement peuvent être thermiques (solaire), mais aussi par mouvements, ou encore récupérées par différences de températures.

Tout cela est possible grâce à une communication développée pour consommer très peu, afin que par exemple, le simple fait d’appuyer sur un bouton (mouvement), suffit à générer assez d’énergie afin d’envoyer un signal radio. Fonctionnant sur la fréquence des 868 MHz dans nos contrés européennes, cette solution apporte donc une technologie sans fils (facilement modifiable dans l’espace et dans le temps), sans besoin de piles (donc complètement autonome), capable de s’adapter à beaucoup de situations.

EnOceanSlogan

Mais les intérêts de cette technologie ne s’arrête pas là. En 2008, un grand nombre de compagnies se sont regroupées afin de former la EnOcean Alliance et ainsi apporter un standard.

wireless_standard_icon_iso-iec_2530a7b2b0

Qu’est ce que cela signifie ? Et bien, que tout constructeur présent dans l’alliance et proposant des produits sur le standard EnOean s’engage à les rendre compatibles. Plus exactement,  les rendre interopérables, c’est à dire capable de communiquer tous ensembles, maintenant, mais également demain. Et oui, avec ce standard, aucun risque de devoir rechanger toute son installation pour s’équiper d’une nouvelle commande, 2 ans après.

Aujourd’hui, l’alliance compte déjà plus de 300 partenaires et plus de 1000 produits, vous assurant, choix, performance, fiabilité et interopérabilité.

Enfin, un autre point important est la non-centralisation des commandes. Pour beaucoup, une installation domotique est impensable car si un participant est défectueux, l’intégralité du système est inutilisable. Faux ! En ce qui concerne EnOcean, chaque module est indépendant ; si un d’eux ne fonctionne plus, il ne perturbera absolument pas les autres, on ne pourra juste plus utiliser les fonctions de ce module.

Par exemple, si un interrupteur tombe HS, les lumières associées ne pourront plus être allumées par cet interrupteur. Mais cela revient au même que l’utilisation d’un interrupteur classique, s’il ne fonctionne plus… bah il ne fonctionne plus ! D’ailleurs, j’en profite pour parler des coupures d’électricité sur une installation domotique. Je reste toujours dubitatif quand on dit que si une coupure de courant subvient, on ne peut plus rien faire avec la domotique. Posez-vous alors cette question : Sur une installation classique, pouvez-vous encore faire quelque chose sans électricité, allumer la lumière par exemple ?

Mais il y a tout de même un bémol. Utilisant la communication radio, il y a une portée maximale utilisable, celle-ci étant donnée pour 30m en intérieur et 300m en extérieur  Cette portée est généralement augmentée par les participants alimentés, comme les relais. Ils agissent, en effet, comme répétiteurs, triplant ainsi la distance de communication. Le problème qui peut arriver est que si un intermédiaire tombe en panne, le participant utilisant cette fonction de répétition ne pourrait éventuellement plus atteindre le destinataire.

Voyons à quoi cela ressemble :

ActionneurRelais CapteurContacteur CommandeInterrupteur

Nous avons ici les trois axes dont je parlais dans le dernier article : l’actionneur en haut à gauche ; dans cet exemple il s’agit un relais électrique permettant la coupure de lumière. Vient ensuite le capteur ; ici contacteur de porte. Et enfin, en dessous, la commande avec un interrupteur.

Le relais est encastrable, donc sans modification de l’environnement et coupe l’arrivée électrique. Le contacteur est auto-alimenté par les cellules photovoltaïques, que l’on peut voir sur la photo. Et l’interrupteur est auto-alimenté lors du simple appui sur celui-ci, il peut être fixé à l’endroit souhaité, même sur une plaque de verre ! Aucune maintenance n’est à prévoir sur ces modules, puisqu’il n’y a pas de piles à changer.

Il peut, tout de même, exister des modules utilisant une alimentation par pile. Comme je l’ai précisé plus haut, EnOcean utilise une communication consommant très peu, il en résulte que la moyenne de vie des piles est de 10 ans, ce qui reste très confortable.

La domotique apporte en elle même des économies d’énergie, mais EnOcean apporte en plus des économies dans l’utilisation propre des modules et également dans l’installation, puisque il n’y a pas à intervenir sur l’existant. Ce qui permet à tous, même aux locations, de profiter des intérêts d’une installation domotique.

EnOcean est parfaitement utilisable et intéressante aussi bien pour les maisons et logements pour particuliers, que pour les bureaux, hôpitaux, écoles, industries, commerces, etc. Qui plus est, le fait de ne pas avoir besoin d’alimentation électrique peut-être une obligation dans certaines situations et environnements contrôlés.

Publicités

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Article très intéressant ! Il y a aussi une technologie similaire qui se base sur l’énergie électromagnétique de l’environnement (en balayant diverses fréquences) afin de la transformer en courant électrique. On peut imaginer des modules domotique se basant sur la même techno dans le futur ! The guardians en parlait déjà il y a 4 ans à propos de Nokia (http://oua.be/w2w). Je ne sais pas ou ils en sont maintenant mais d’autres personnes se penchent sur le sujet notamment cet étudiant allemand qui a mis au point  » The Electromagnetic Harvester ». Sa vidéo de présentation est plutôt sympa ! (http://oua.be/w2x).

    Un article sur le Zwave pour bientôt ? Avantages – Inconvénients pour vous (toi). Les modules Zwave sont-ils aussi autonomes que enocean ?

    Très bon début de blog en tout cas, tes articles sont intéressants et agréables à lire ! Garde le même cap 😉

  2. Bonjour,

    Merci pour ce retour ! Cette récupération d’énergie électromagnétique est extrêmement intéressante ! On pourrait tout à fait imaginer alimenter des micro modules de cette manière, une autre belle façon de récupérer une partie de nos dépenses énergétiques. Les recherches ne sont peut être pas complètement abouties en terme de puissances récupérées / nécessaires pour transmettre un signal, mais en tant que récupération complémentaire, l’intérêt est déjà présent !

    Le Zwave est évidemment une technologie intéressante et très utilisée, mais elle a l’inconvénient de consommer d’avantage, nécessitant obligatoirement une alimentation par pile. L’avenir fera peut être évoluer cette solution en diminuant l’énergie nécessaire à son utilisation.

    Merci encore pour ce partage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :